Tout sur la nouvelle taxe en Grèce: TEPAI

Nouvelle taxe en Grèce : la TEPAI. Cette fois-ci c’est la bonne ! Cette nouvelle taxe en Grèce est applicable à partir du 1° Avril 2019 pour tous les bateaux de plaisance ou à usage professionnel supérieurs à 7 mètres de long. Ce n’est pas un poisson d’avril. Vous trouverez ci-dessous les formalités à faire, les tarifs, et toutes les informations nécessaires pour être à jour !

La nouvelle taxe en Grèce « TEPAI » s’ajoute à la DEPKA, document officiel à faire à votre arrivée en Grèce, que j’ai déjà évoqué dans un article précédent : Formalités en Grèce pour un voilier de 33 pieds.

Nouvelle taxe en Grèce : A qui s’adresser à l’arrivée ?

Il est conseillé de tout faire en même temps : DEPKA et TEPAI, car ce sont les autorités portuaires (PP= Port Police) qui fournissent les documents, mais le paiement se fera au « bureau des taxes ». Si vous faites la DEPKA pour la première fois, vous serez obligés de toute façon, de repasser par la case « Port Police » afin de vous faire tamponner le document.

Tarif de la nouvelle taxe :  

1.Pour un bateau supérieur à 7 mètres jusqu’à 8 mètres : 16.00€ par mois
2.Pour un bateau supérieur à 8 mètres jusqu’à 10 mètres : 25.00€ par mois (ce qui est notre cas)
3.Pour un bateau supérieur à 10 mètres jusqu’à 12 mètres : 33.00€ par mois
4.Pour un bateau supérieur à 12 mètres : le calcul est différent : « 8€ par mètre, calculé à partir du premier mètre ». Alors si votre bateau mesure 12,01 mètres, le montant total par mois sera de 12,01 mètres X 8€ = soit 96.08€ / mois). Ouille…

On vous demandera aussi la durée de votre séjour. Si vous restez par exemple trois mois en Grèce, il est plus judicieux de payer la totalité d’un coup (les trois mois). Cela vous évite de refaire cette formalité aux autorités portuaires chaque mois.

Informations complémentaires :

Pas la peine de demander une ristourne si vous arrivez en cours de mois ! Tout mois commencé est dû. Donc, si vous êtes en Grèce du 12 Juillet au 03 août sur votre voilier de 10 mètres, la somme à payer sera de : 2 mois X 25€= 50€.

Le paiement de cette taxe se fait soit AVANT votre arrivée dans les eaux grecques (possibilité de remplir un formulaire en ligne), soit le JOUR-MÊME de votre arrivée (quand vous faites votre entrée). Mais ce n’est ni PLUS TARD, ni LE LENDEMAIN !

Les réductions possibles pour la nouvelle taxe en Grèce :

Si vous décidez de payer l’année entière en une seule fois (je pense à ceux qui ont leur bateau en Grèce à l’année), vous bénéficiez de 10% de réduction.

Si vous avez un port d’attache en Grèce, soit un contrat d’un an avec une marina, et que votre voilier mesure moins de 12 mètres, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 20%, qui peut s’ajouter à d’autres réductions (les 10% si vous payez l’année en une seule fois). Vous devrez fournir votre contrat ou votre attestation annuelle de la marina qui vous héberge.

Dans ce cas-là, je vous engage à prendre contact avec votre marina d’accueil. Consultez également en ligne le site suivant (il est en grec et en anglais): cliquez ICI

Vous pouvez consulter la brochure qui résume les explications ICI

Vous trouverez également les informations dans la page 15 du document « la foire aux questions », à la rubrique 8 : « eTEPAI APPLICATION ». Il existe aussi un formulaire électronique de paiement en ligne.

Les pénalités en cas de non-paiement de la nouvelle taxe en Grèce :

Message spécial de rappel pour les « sceptiques ! »  :

J’insiste sur le point que cette taxe est bel et bien entrée en vigueur au 1° avril 2019. Cela fait des années que les autorités grecques en parlent. Mais jusqu’aujourd’hui, elle n’avait jamais été appliquée et on n’y croyait plus !

En cas de non-paiement de cette nouvelle taxe, voici les sanctions auxquelles vous serez exposés :

1.Pour un bateau supérieur à 7 mètres jusqu’à 8 mètres : 190.00€ d’amende.
2.Pour un bateau supérieur à 8 mètres jusqu’à 10 mètres : 300.00€ d’amende.
3.Pour un bateau supérieur à 10 mètres jusqu’à 12 mètres : 400.00€ d’amende.
Et Pour un bateau supérieur à 12 mètres : 1 100.00€ d’amende.

Pour de plus amples informations, vous pouvez aussi consulter le site suivant : www.aade.gr/polites/etepai

Les versions disponibles sont en grec ou en anglais. Mais vous avez un PDF que vous pouvez télécharger : la foire aux questions. Utile, si on parle anglais !

Pour les cas « particuliers » :

Si, par exemple vous hivernez en Grèce mais hors de l’eau. Il y a donc possibilité d’être exempté de la nouvelle taxe tout le temps où votre bateau se trouve hors de l’eau. Pour cela, je vous engage à prendre contact avec votre marina d’accueil. Mais attention, sitôt le bateau remis à l’eau, vous avez l’obligation de payer la taxe !

J’espère que ces informations vous seront utiles. N’hésitez donc pas à partager cet article pour les copains et les copines qui vont en Grèce cet été. En attendant, je vous souhaite à tous une belle saison de navigation !

Retour sur notre mouillage à Santorin

Notre mouillage à Santorin a pu se réaliser grâce à des conditions météos idéales. Un gros coup de chance nous a permis de tester le mouillage au sud de l’île. Nous y sommes restés trois jours et avons donc pu profiter pleinement de ce petit joyau des Cyclades. Trois jours c’est mieux que rien !

Nous étions à 50 milles nautiques de Santorin lorsque que les prévisions météorologiques annoncèrent une pause du Meltem sur une durée de trois jours. Nous levons l’ancre le 8 juillet à 6h00 du matin d’Astipalaia et mettons le cap sur Santorini ! 35 milles à la voile et 15 milles au moteur. Nous arrivons en fin d’après-midi.

Le mouillage à Santorin :

C’est au sud-ouest de l’île, entre la « Red Beach » (la plage rouge) et le site archéologique d’Akrotiri que nous arrivons pour la première fois à Santorin. Il n’y a pas foule pour un 8 juillet, les fonds sont sains (sable) et les profondeurs idéales (6,50 mètres au sondeur). Sauvage est ancré, mais nous décidons d’attendre le lendemain pour descendre à terre. Nous regardons à nouveau la météo, le Meltem confirme sa grève et décide de nous laisser trois jours tranquilles !

Par contre, si vous recherchez la tranquillité, nous vous déconseillons le mouillage devant la « Red Beach ». En effet, La beauté du site s’effrite vite à l’arrivée des hordes de touristes transportés par des flottes de catamarans ! Ceci dit, ils n’y passent que très rarement la nuit.

Première journée : activités possibles du mouillage de Santorin 

Malgré une météo qui s’annonce clémente, nous avons une petite appréhension de laisser le bateau tout seul au mouillage. Nous décidons donc de ne pas trop nous éloigner pour cette première journée et allons visiter le site archéologique d’Akrotiri qui se situe à 5 minutes à pied ! Le site nous offre un magnifique aperçu de la civilisation minoenne. C’est une merveille !

Nous prenons les renseignements nécessaires afin de nous rendre le lendemain à Fira (Thira). L’arrêt de bus se trouve à 5 minutes du mouillage, il y a un départ chaque demi-heure et le trajet ne coûte qu’ 1.50 euros !

Une petite brise se lève et le mouillage de Santorin devient un peu rouleur mais il en faut plus pour déloger l’équipage de Sauvage ! On sait que cette occasion est unique, alors ce n’est pas le moment de faire les difficiles.

Vue de Thira

Deuxième journée : Thira

Nous passons la deuxième journée à Fira (Thira). Malgré le tourisme de masse et la chaleur écrasante, la beauté du paysage ne nous laisse pas avare d’émotions. De plus, dès que vous dépassez toute la lignée des hôtels, la foule devient de plus en plus éparse. Ne manquez surtout pas la balade jusqu’au rocher de Skaros !

Troisième journée : Oia 

Finalement, la météo nous confirme que ce sera la dernière journée sur l’île de Santorin. Nous essayons donc de visiter un autre village phare de l’île: Oia. Nous changerons de bus à Fira, puis nous ferons le retour à pied de Oia à Fira.

Parce que la balade entre Oia et Thira vaut la peine ! 12 kilomètres en longeant la crête et toujours une vue imprenable sur la mer et la caldeira! On y croise peu de touristes ou les plus courageux ! On sue mais on se prend une sacré gifle par dame nature.

En guise de conclusion, je vous partage la vidéo que nous avons faite à cette occasion. Alors Bon visionnage!

Si cet article vous a intéressé, vous trouverez alors plus d’informations sur notre bilan de 8 mois de navigation en mer Méditerranée ICI !

Hivernage en Crète

Si vous prévoyez un hivernage en Crète, évitez d’y aller la fleur au fusil ! Les marinas sont peu nombreuses et les places sont comptées. Vous trouverez donc dans cet article, des informations concernant notre hivernage en Crète à la Marina d’Agios Nikolaos. Tout sur la Procédure, les tarifs, et l’ambiance de vie de ponton !

Précaution à prendre pour un hivernage en Crète :

Réservez à l’avance si vous envisagez un hivernage en Crète. Vous trouverez les coordonnées du site ICI et pourrez contacter Miss Despina pour demander les disponibilités. Si, par exemple vous comptez hiverner en Crète pour l’Hiver 2020, feu partez, c’est maintenant qu’il faut commencer !

Nous avons eu de la chance de trouver une place car nous avons bénéficié d’un coup de pouce de mon employeur qui connaissait quelqu’un à la marina!

Marina Agios Nikolaos

Il faut savoir que même si la Crète est une grande île, les mouillages et les marinas bien abrités sont peu nombreux. La majorité d’entre eux se situent au nord de la Crète.

Oubliez l’hivernage au sud de la Crète : trop dangereux l’hiver à cause des gros coups de sud. On nous a rapporté que chaque hiver, les dégâts sont nombreux. Cela touche autant les bateaux que les infrastructures.

Nous sommes arrivés en Crète le 31 juillet, et avons mouillé dans la baie d’Elounda (nord-est). Nous avons obtenu une place à la marine d’Agios le 21 septembre. Elle est très bien notée et son emplacement constitue un excellent abri contre les vents dominants.

Tarifs pour un hivernage en Crète :

Concernant la marina Agios Nikolaos, il faut compter en moyenne 1800 euros l’année pour un voilier monocoque de 10 mètres. Eau et électricité en supplément. Le mètre cube d’eau coûte 3.50 euros et 0,36 cts par Kilowattheure. Vous pouvez consulter la liste des tarifs ICI (attention, ce ne sont pas ceux de l’année en cours, mais cela donne une idée, et ils sont indiqués hors taxes. Il faut donc rajouter 24% de TVA).

Plage Agios Nikolaos

La règle est toujours la même : plus longtemps vous restez et moins cher vous payez. Nous pensions alors ne rester que 6 mois, ce qui nous a coûté 1200 euros. La différence est surprenante, mais nous n’avions pas envisagé de rester tant de temps et notre caisse de bord criait famine !

La marina est propre et bien entretenue : Douches avec toilette privé, machine à laver (3 euros), sèche-linge, bibliothèque, sans oublier le coin des petites annonces ! Située à deux pas du centre-ville, tout est à proximité (cafés, restaurants, supermarchés, boulangeries, gare routière, etc…).

La vie de ponton à Agios Nikolaos

Quand nous étions à la marina de Lesbos, nous pouvions comptés les personnes présentes à l’année sur les doigts d’une main. Par contre, à Agios Nikolaos, il y a une vraie vie de ponton. Nous avons rencontré quelques français mais, d’une manière générale ils repartent en France à partir de la mi-octobre. Actuellement, nous avons rencontré des suisses, des autrichiens, beaucoup d’anglais, et des allemands.

Des cours de gym (gratuits) sont proposés deux fois par semaine! Il y a même une page Facebook pour les « amis de la marina d’Agios Nikolaos ». Tous les dimanches, le club nautique met sa salle et sa terrasse à la disposition des plaisanciers (pour la somme de 2 euros). C’est l’occasion de se rencontrer, de créer des liens et chacun prépare quelque chose à manger.

Si vous aimez la marche, vous avez le club des randonneurs qui organisent des treks à partir de la marina.

Nombreux sont les bars, restaurants, et autres commerces des alentours qui organisent des ateliers et des soirées à thèmes.

Elunda, vu de la route en venant d’Agios Nikolaos

L’année dernière nous hivernions à flot à Lesbos, plus d’informations concernant cet hivernage ICI.

Nous serons à la marina d’Agios Nikolaos jusqu’au 31 mars 2019, puis avons pris la décision de nous remettre au mouillage dans la baie d’Elunda et de trouver un travail sur place. Dans ce cas, nous éviterons à la fois les frais de transport et de marina même si travailler et être au mouillage complique un peu la vie! (surtout en ayant un kayak comme annexe!).

Si tout se passe bien, nous envisageons de repartir en mer à la fin de la prochaine saison touristique. A suivre…

Comment décrire son bateau en anglais

Comment décrire son bateau en anglais ? A l’approche des beaux jours, vous avez peut-être le projet de naviguer et de sortir des eaux territoriales françaises. Si vous devez vous rendre dans un port ou une marina, il y a de forte chance pour que ce soit en anglais que l’on vous demande de détailler votre bateau. Le type du bateau, la longueur, la largeur, le tirant d’eau sont les informations nécessaires à communiquer à votre arrivée ou en amont à la VHF ! Cet article vous aidera donc à décrire votre bateau d’une manière simple et rapide. Lire la suite

Retour sur une escale, le port de Palerme

Retour sur une escale : le port de Palerme. J’aimerais revenir sur un coup de cœur au cours d’un premier galop d’essai avec notre gladiateur. C’était en 2015, et toujours en mer Méditerranée. Ce premier « vrai » voyage s’étale de mai à septembre. Le port de Palerme sera notre deuxième escale dans un port italien. Nous y restons cinq nuits et découvrons la fête du 14 juillet : Santa Rosalia. J’entends encore l’agent du port nous dire : Le 14 juillet à Palerme, c’est notre carnaval de Rio, c’est la grande fête ! Nous n’avons pas d’autre choix que de prolonger le séjour… Lire la suite

S’avitailler et se ravitailler en Méditerranée

S’avitailler et se ravitailler en Méditerranée ne représentent aucun problème majeur. A l’inverse d’une longue traversée comme celle de l’Atlantique, il est rare de se retrouver plus de deux jours loin d’une côte. Il y a toujours un continent ou une île qui vous permettra de refaire le plein de vivres, mais  aussi de carburant, et de gaz. Toutefois, nous avons pu constater quelques différences et certaines de nos boîtes de conserves considérées comme très banales ont fait l’objet d’un véritable festin ! Lire la suite

Bâbord et Tribord ou côté vulgaire contre côté noble

Bâbord et Tribord, côté « vulgaire » contre côté « noble ». Sur un bateau, la gauche c’est Bâbord, et la droite c’est Tribord. Mais connaissez-vous leur histoire et savez-vous pourquoi Bâbord est considéré comme étant le côté vulgaire et Tribord comme étant le côté noble ? À travers quelques faits relevant tantôt de l’anecdote, tantôt de l’histoire, il est intéressant de se pencher du côté de Bâbord et de Tribord ! Lire la suite

Bilan de 8 mois de navigation en mer Méditerranée

C’est parti pour un bilan de 8 mois de navigation en mer Méditerranée ! Pourquoi un bilan ? Sans doute, parce que c’est notre première longue navigation, sans date fixe de retour. C’est un moyen d’identifier les manques et de réfléchir à certaines améliorations pour les navigations futures. Nous étions également curieux de connaître le nombre de milles nautiques, les heures de moteur, les nuits au port et au mouillage durant cette période. Ce bilan de 8 mois de navigation part du 17 mars 2017 des îles des Embiez (83), et se termine à la mi-novembre à Lesbos, en Grèce. Lire la suite